Eric FOURNIER "EF FORMATION" - Formateur du Web et des Réseaux-Sociaux Professionnels - co créateur de site Internet pour l'entreprise

Entreprise déclarée et datadockée : N° de  déclaration d’activité 76340965834
Siret : 441 163 292 00051 - Mentions légales

Allons-y !

Parlons de votre projet

Montpellier-Lattes - Tél: 06 85 05 18 95
conversiom@eric-fournier.eu

INCENDIE NOTRE DAME DE PARIS

Incendies, Inondations, des signes qu'il faut comprendre...

Le 15 avril 2019 l'incendie de Notre Dame de Paris.
Le 3 juin
2016, Paris en crue, après 1910 et 1658...
Sont peu être des avertissements qui passent inaperçus au yeux des Français...

Innondation Paris en crue - janvier 1910

Incendie Notre Dame de Paris - 15 avril 2019

Innondation Paris en crue - 3 juin 2016

 

Marianne et les 27 ponts de la révolte

 

Je m’appelle Marianne, Marianne de Lamartine, bienfaisante, amoureuse de Paris et de la France.
Bien loin de brandir les foudres, en femme sage, hiératique et maternelle je porte dans vos consciences troublées par l'imminence du danger des paroles de consolations.
C’est un appui qu’il vous faut, plus qu’un confesseur, et cet appui, il fallut que ce fut moi.
Mon effigie frappée sur vos monnaies porte la devise trinitaire qui plaît tant à Dieu et protège Paris et ses royaumes de l’effondrement.
Je suis la « liberté » pour éclairer le monde, la balance pour « l’égalité ».
Mes mains jointes vers vous en signe de « fraternité » vous supplient de m’écouter car j’intercède pour tous vos besoins.
Paris, la ville souffrance où l'on revient sans cesse n'a pas fini de souffrir.
Douleur, pleurs, et deuils, Paris, debout, replie toi à mes côtés dans la confiance, je tiens le drapeau des grandes victoires.
Des langues de brume et de pluies noires descendent en furie.
Sur les rives de la capitale coulent des flots orchestrés, des flots sanguins rouges et bleus qui encerclent et pénètrent en profondeur dans le domaine des morts
Le torrent de crasse épouse toutes les formes sans jamais les contrarier et se transforme en goudron chaud et compact.
La lumière brûle dans la pénombre sur un peuple assoiffé d‘un idéal de liberté.
Sécheresse implacable, libère le vaisseau de sa gangue d’eau liquide.

« Fluctuat nec mergitur »
L’antique bateau flanqué de lys dorés ne sombre pas,
mais il se pose en épave de guingois dans le lit creux et sec de la Seine.
Abandonné par ses hommes comme un espoir échoué,
il attend de meilleurs jours à la lisière vaseuse des deux rives.

Je me glisse furtivement le long des murailles et des ponts le long des quais de Seine, la je m’assis sur le banc de pierre  du plus vieux pont pour vous regarder muette d’amour et de saisissement.
Qu’ils sont beaux les ponts de PAris, ils ont étreint les artistes et silencieusement assistés à la fuite du temps et des amours défunts.
En 1910, les eaux de la révolte s’étaient brutalement déversées sur la ville comme un cataclysme indomptable et furieux.
On s’est aussi moqué du vieux fou, inoffensif et drôle posté sur le pont de l’Alma.
Ses bras décharnés levés vers le ciel, il psalmodiait pour les nombreux passants qui s’étaient attroupés autour de lui.
Atroce énigme de la mort que l’on veut ignorer et qui précipite la nuit.
Les hommes, auréolés d’un bonheur sans inquiétude se détournaient du vieux sage, et avec la décrue est revenue l’insouciance et les signes du ciel n’avaient plus d'intérêts.

J’avais annoncé un grand fléau universel et imminent, mais les esprits profondément endormis et distraits, hypnotisés de puissantes certitudes, n’avaient rien vu venir.
La guerre entre les nations paraissant alors comme une « illusion » s’abattrait bientôt comme une tornade de feux sur les familles injustement condamnées.

Après l’avertissement de l’archange Saint Michel en 1860, les crues de 1910, voici celles de 2016 comme l’annonce solennelle du début de la fin du règne de l’insouciance et des puissances illusoires.

Je vois sur les ponts de PAris, le spectacle qu’offre aux Parisiens et touristes assoiffés d’images inattendues un chaos irrationnel presque réjouissant.
Les uns accoudés sur les rambardes en pierre des ponts se pressent à remplir leurs cartes mémoires tandis que d’autres shootent la souffrance en Technicolor le malheur de leurs semblables et s’exclament en fausses compassions, remerciant égoïstement le ciel de les avoir épargné.
Mes enfants, votre vie quotidienne bouleversée, s'organise tant bien que mal.
Gueules d’anges courageux et débrouillards depuis toujours, vous avez la capacité de vous unir dans un même élan de patriotisme et d'humanité mais vos cœurs ne comprennent plus, vos yeux ne voient plus, et vos oreilles n’entendent plus.
Vous ressentez de la contrition et de la crainte mais vous continuez à courir pour fuir votre propre danger.
Ce que porte votre nouvelle humanité ne sont plus que des traces d’une unité perdue.
La France, étourdie est assourdie vous impose de lourdes contraintes sociales et environnementales aggravées par la crise du trésor.
Peuple indifférent au souffle de l’esprit qui lui inspire sans cesse de se renouveler n'a qu'un entendement, celui de se satisfaire des plaisirs éphémères que lui procure les ravissements d’une société décadente.
L'activité humaine désespérément inconsciente n’obéit qu’aux pulsions et vos seules préoccupations et sujets de discussions résident dans une lutte indécente pour le pouvoir qui est votre plus forte tendance.
Vous n’êtes plus étonné ni émerveillé devant les grandeurs de la Nature à qui vous prenez sans mesure et qui se révolte à l’ingratitude de vos exactions.

Je suis Marianne, et vous supplie de revenir à un état intérieur initial propre à entrevoir au-delà de la fenêtre, des nuages, des montagnes, de la terre ou de la surface de l’eau.
Comprenez l’harmonie du monde appelant votre esprit au secours de vous-même.
Ne souriez pas à la détresse en observant la souffrance que les médias diffusent dans une boucle outrancière.
Déclarer vos initiatives avant qu'une condamnation ne soit formulée par vous-même contre vous-même.

N’accusez pas vos dirigeants car leurs apparentes passivités ne sont que les signes de leurs incapacités.
Ils sont les jouets des jeux qu'ils ont conçus et leurs outils trop rudimentaires ne peuvent réparer la mécanique universelle en souffrance.
Hollande le plus solitaire d’entre tous porte tout le contrepoids de notre temps et l’amertume d’un peuple asservi à une république autocratique.
Toujours sur de sa mission quasi humaine, il sort de son doux somnambulisme et semble glisser sur les jours et les heures vers une destinée incertaine.

Des gouvernants peu crédibles, indignes trop souvent, créent des indignés.
Mes enfants opprimés et malheureux, entre rage et impuissance, déchirés entre le bien et le mal se conduiront en indigne à leur tour.

Notre Dame de PAris désertée de ses visiteurs n’est plus qu’à vous et ne désemplie pas de votre présence et de vos prières.
Même les incroyants ne ménagent pas leur admiration pour les prophètes, ils sont venus se réfugier dans l’obscurité des églises et des cathédrales protectrice de la vie et de la dignité.

Alors, quand les barbares arriveront, verra-t-on une foule se réfugier sous les hautes protections des gardiens du monde.
Le Mamelon de Sainte Geneviève étouffé jusqu’à aujourd’hui dans un labyrinthe de pierre se dressera à votre secours et vous vengera contre vos ennemis.
L’archange Saint-Michel coiffée de feuilles de chêne et de lauriers, d'un coup de son épée flamboyante brisera les chaînes de captivité libérant les lys des griffes de la Rose.

 

PARIS, le 15 août 1860 on inaugurait la Fontaine Saint Michel

 

L’exhortation de l’Archange Saint-Michel est passée inaperçu aux yeux des Parisiens.

On va souvent chercher trop loin les clés de notre bonheur, depuis la nuit des temps, nos gardiens ont inspirés des architectes, des musiciens, des personnalités et nous n’avons pas compris leurs messages. 
La Fontaine Saint-Michel critiqué par les Parisiens n’a pas délivré en son temps le message attendu.
Le 15 aout 2015, elle le délivre avec 150 années de retard.

Je vous attend ici, au bord de la Seine, au milieu de votre ville.

Cette oeuvre que j’ai inspiré ouvre les portes de Paris et vous délivre des messages qu’il faut comprendre.

La lutte du bien contre le mal retenue comme programme de sa réalisation préfigure de grandes souffrances auxquelles il est utile de vous préparer.
L’eau qui rebondit sur les 3 marches annonce 3 grandes tribulations à venir, l’une portant les conséquences de l’autre.
Le griffon apocalyptique liant la force terrestre du lion à l'énergie céleste de l’aigle ne crache plus de feu.
La double nature de cet animal dépossédé de ses qualités d’aigle et de lion précipité au milieu d’entre vous représente un péril imminent.
Je suis gardien de la lumière, terreur des forces occultes, je soumets ces animaux étranges qui ne cracheront que de l’eau, le feu vous est épargné pour que vous ne soyez pas anéanti.
Je montre de mon index à Lucifer et aux Parisiens, le feu d’en haut.
Mon épée flamboyante qui frappe la foudre et l’éclair ondule comme une flamme qui réfléchit la lumière du très-haut.
Je terrasse et je foule aux pieds comme témoignage le diable renversé sur un rocher afin que vous soyez libéré à la date de la fin des tribulations.

Je vous montre aussi les 4 vertus cardinales.

J’exhorte, j’avertis Paris pour le bien de l’humanité d’établir sa morale du bonheur sur 4 vertus universelles.
La Prudence, regarde le miroir et le serpent et discerne en toutes circonstances le véritable bien et choisis les justes moyens de l’accomplir.
La Tempérance, une bride de cavalier dans ta main pour assurer la maîtrise de ta volonté sur ton instinct et maintient tes désirs dans les limites de l’honnêteté, crée de l’équilibre en tous points.
La Force, le gourdin et le rameaux de chêne pour ta force d'âme, l’apprentissage du courage, la force morale qui te permettra dans les difficultés la fermeté et la constance dans la poursuite du bien, résister aux tentations et surmonter les obstacles.
La Justice, le glaive dans une main comme ferme volonté de donner moralement à chacun ce qui lui est universellement dû.

Sans-titre-1.png
1.png